Paris

Материал из Letopisi.Ru — «Время вернуться домой»
Перейти к: навигация, поиск

Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d'Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la Seine en amont, et de l'Oise et de la Seine en aval. Ses habitants sont appelés les Parisiens.

Connue dans le monde entier pour ses monuments et sa vie artistique et culturelle, Paris est aussi une ville importante dans l'histoire mondiale, un centre politique et économique majeur, ainsi qu'un point de passage pour les transports internationaux. Paris est la capitale mondiale de la mode et du luxe.

En 2005, la population de la ville de Paris était de 2 153 600 habitants d'après l'estimation de l'Insee1 au sein de ses limites administratives. Néanmoins, la ville s'est largement agrandie au-delà de ses frontières au cours du XXe siècle. Son aire urbaine, qui inclut l'agglomération et la couronne périurbaine, comprenait 11,1 millions d'habitants en 19992.

L'agglomération parisienne est, avec celle de Moscou et de Londres, une des plus importantes d'Europe. En nombre d'habitants, elle est aujourd'hui très largement dépassée par des mégalopoles asiatiques ou latino-américaines.

Содержание

Symboles

Blason de Paris.

La devise de Paris est « Fluctuat nec mergitur » (« Il est battu par les flots sans être submergé »). Elle évoque le Scilicet, navire également représenté sur le blason de la ville et symbole de la puissante corporation des Nautes ou des Marchands de l'eau, gérante de la municipalité au Moyen Âge. La patronne de la ville est sainte Geneviève, qui aurait écarté Attila et les Huns de la ville au Ve siècle par ses prières. Sa châsse se trouve aujourd'hui à l'église Saint-Étienne-du-Mont.

Histoire

Origine du nom Paris

Paris tire son nom du peuple gaulois des Parisii (un Parisius, des Parisii). Le mot Paris est en fait la transformation, avec le temps, du latin Civitas Parisiorum (la Cité des Parisii), désignation qui l'a emporté sur Lutetia (Lutèce). Paris a aussi donné son nom aux alentours, le Parisis, qu'on retrouve dans le nom des villes de Cormeilles-en-Parisis et de Fontenay-en-Parisis. L'origine du nom des Parisii n'est pas connue avec certitude. Il pourrait dériver du mot gaulois kwar (carrière), par référence aux nombreuses carrières de la région parisienne.

Préhistoire

Le site de Paris est occupé par l'homme depuis au moins 40 000 ans, comme en témoignent les outils en pierre taillée retrouvés hors contexte lors des différents travaux de terrassement en bord de Seine.

Les plus spectaculaires découvertes archéologiques in situ ont été faites dans le 12e arrondissement, où ont été mis au jour en 1991 les vestiges parmi les plus anciens de l'occupation humaine permanente sur le territoire de Paris. Les fouilles sur la ZAC de Bercy, ont permis la découverte des traces d'un village de la période chasséenne (entre 4000 et 3800 av. J.-C.), établi sur la rive gauche de l'ancien bras de la Seine, dévoilant un mobilier archéologique exceptionnel : plusieurs grandes pirogues de bois, poteries, arcs et flèches, outils en os et en pierre. D'autres découvertes ont été faites entre le 14e arrondissement, et le 13e arrondissement, où on a trouvé des aqueducs.

Antiquité

Le flou le plus total existe entre cette occupation préhistorique du site et la période gallo-romaine. Seule certitude, et encore, les Parisii, peuple gaulois, étaient les maîtres des lieux quand les troupes de César sillonnèrent le pays. Certains évoquent des dates entre -250 et -200 pour la fondation du Paris des Parisii, sans grands arguments à faire valoir. En 52 av. J.-C., lorsque Labienus, lieutenant de Jules César, prit Paris, elle était appelée Lutetia (traduit plus tard en français par Lutèce) par les Romains. Le rôle de capitale de la Gaule était alors dévolu à Lugdunum (Lyon). On ne connaît pas aujourd'hui avec certitude l'emplacement de la cité gauloise. On a longtemps pensé qu'elle se trouvait dans l'île de la Cité mais cette hypothèse est aujourd'hui très discutée (cette dernière ayant été complètement fouillée lors du chantier du métro). La cité gauloise a très bien pu se situer dans l'île Saint-Louis ou dans une autre île aujourd'hui rattachée à la rive gauche et qui se trouvait en face de l'île Saint-Louis (delta formé par l'embouchure de la Bièvre). Une hypothèse très discutée actuellement est de placer le village gaulois d'origine non loin du mont Valérien à Saint-Cloud.

La cité romaine a été construite au Ier siècle av. J.-C. sur la rive gauche. On pense qu'elle s'étendait approximativement du boulevard Saint-Germain au Val-de-Grâce et de la rue Descartes au jardin du Luxembourg. Lutèce était construite autour de la rue Saint-Jacques (qui en était le cardo) selon un plan organisé en rues perpendiculaires. Le centre de la ville est fixé par les architectes romains au niveau actuel des 172 et 174 de la rue Saint-Jacques. Le forum s'étendait de la rue Saint-Jacques au boulevard Saint-Michel et de la rue Cujas à la rue Malebranche. Des thermes étaient construits à l'angle du boulevard Saint-Germain et du boulevard Saint-Michel, ainsi qu'à proximité de l'actuel Collège de France, à l'angle de la rue des Écoles et de la rue Jean-de-Beauvais. Un théâtre se trouvait à l'angle de la rue de l'École de médecine et du boulevard Saint-Michel, à l'emplacement actuel de la rue Racine. À l'est de la ville, une rivière aujourd'hui canalisée, la Bièvre, contournait la montagne Sainte-Geneviève en passant au niveau du Jardin des Plantes. La rivière traversait à cette époque le 13e arrondissement pour se jeter dans la Seine au niveau de l'île de la Cité et de l'île Saint-Louis. Les Arènes de Lutèce étaient construites à l'est de la ville, à proximité de la Bièvre. Un cimetière (la nécropole Saint-Jacques) est implanté au sud de la ville, à l'emplacement de l'abbaye de Port-Royal.

Moyen Âge

Paris prend son nom actuel au IVe siècle et Clovis, Mérovingien et roi des Francs, s'y établit pour en faire sa capitale en 508, suite à sa victoire sur les Romains. Dès le VIe siècle, on note la présence d'un lieu de culte implanté sur la rive droite : l'église Saint-Gervais (aujourd'hui située derrière l'Hôtel de ville). Au IXe siècle, des enceintes furent édifiées sur la rive droite pour protéger les paroisses de Saint-Gervais et Saint-Germain-l'Auxerrois (aujourd'hui situées près du Louvre). L'enceinte de Saint-Gervais devait se situer approximativement au niveau des rues des Barres, de Rivoli, et de la Tacherie. La rive gauche fut entièrement détruite par les Normands en 885.

Quand la couronne échut aux Capétiens, en 987, Paris était une des deux grandes villes de leur domaine personnel (avec Orléans). Leur ancêtre Eudes s'illustra en la défendant face aux Vikings. Hugues Capet fixa sa résidence dans l'Île de la Cité.

Les premières agglomérations de la rive droite datent du XIe siècle. Il s'agit alors de Saint-Martin-des-Champs (aujourd'hui rue Réaumur), Saint-Germain-l'Auxerrois, et Saint-Gervais. Les rois se fixèrent progressivement à Paris à partir de Louis VI (1108-1137), et plus encore de Philippe Auguste (1179-1223). La cour s'y fixant, Paris devint bientôt définitivement la capitale du royaume. La rive gauche de la ville ne fut véritablement reconstruite qu'au XIIe siècle. À la même époque, la rive droite était constituée de quatre quartiers : le quartier de Grève (Saint-Gervais), le Châtelet, les Halles et Saint-Germain-l'Auxerrois. Le quartier de Grève s'étendait alors jusqu'à l'église Saint-Merri.

L'enceinte construite par Philippe-Auguste allait de la rue Étienne-Marcel à la rue de l'Estrapade, et du Louvre aux Fossés-Saint-Bernard. Par la suite, Paris s'étendit surtout sur la rive droite. Au XIVe siècle, l'enceinte de Charles V (1371-1380) englobait l'ensemble des 3e et 4e arrondissements et s'étend du Pont Royal à la Porte Saint-Denis (emplacement de l'actuelle rue d'Aboukir).

De Henri IV à la monarchie de Juillet

À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, Henri IV, qui selon la légende trouvait que « Paris vaut bien une messe », construisit les premiers ensembles architecturaux modernes avec la place des Vosges et hors du périmètre d'alors de la ville, l'hôpital Saint-Louis. Son successeur, Louis XIII, étendit l'enceinte de Charles V sur la rive droite pour englober l'équivalent des quatre premiers arrondissements. Louis XIV, quant à lui, détruisit cette enceinte pour construire sur son emplacement les premiers grands boulevards. Au XVIIIe siècle, l'enceinte des Fermiers généraux « mura » les onze premiers arrondissements actuels. La ville construite ne s'étendait pourtant alors que sur la superficie couverte aujourd'hui par les six premiers arrondissements, le jardin du Luxembourg marquant la frontière de la ville.

C'est à Paris, à l'endroit où la rue Saint-Antoine rejoint l'actuelle place de la Bastille, que débuta la Révolution française le 14 juillet 1789, avec le soulèvement des ébénistes du faubourg Saint-Antoine et la prise de la Bastille. La Commune de Paris joua alors un rôle de radicalisation. Les policiers de Paris, sous l'autorité de la Mairie, s'employèrent sous la Terreur à incarcérer tout ce que la ville comptait encore de nobles, de riches bourgeois, de prêtres et d'intellectuels en général. C'est pourquoi le maire de Paris est aujourd'hui le seul de France à être privé de tout pouvoir de police.

Napoléon, après avoir longuement hésité entre Lyon et Paris (Lyon, capitale des Gaules, face à Paris et sa « populace »), décide d'y établir la capitale de son Empire, non sans réticences. Il en fait la capitale de l'Europe, devant Rome, deuxième ville de l'Empire, et Amsterdam, troisième. Sous la monarchie de Juillet, la ville accélère son rythme de croissance pour atteindre le mur des Fermiers Généraux.

Le Paris contemporain

Avec Georges Eugène Haussmann et le Second Empire, Paris s'engagea, sur le modèle de Londres, dans de gigantesques travaux de modernisation. Cette transformation développa le réseau des égouts et donna à Paris de larges avenues palliant les problèmes importants de circulation ainsi que de somptueux monuments tels que l'Opéra Garnier, le Louvre tel que nous le connaissons actuellement et le Palais des Tuileries, enfin de nombreux parcs et jardins (Monceau, Buttes-Chaumont, Montsouris). Le Paris d'aujourd'hui est donc avant tout celui de Napoléon III et d'Haussmann.

Le 1er janvier 1860, onze communes périphériques furent entièrement annexées et d'autres perdirent une partie de leur territoire au profit de Paris (voir Arrondissements de Paris et Anciennes communes de Paris). La capitale française passa de douze à vingt arrondissements et de 3 288 à 7 088 hectares.

Du 26 mars au 22 mai 1871, Paris fut le siège d'un pouvoir insurrectionnel : la Commune de Paris qui s'opposait au Gouvernement provisoire de Versailles, conduit par Adolphe Thiers. C'est à cette époque qu'est construite la dernière enceinte de Paris, sur l'emplacement actuel du boulevard périphérique.

Au XIXe et XXe siècles, Paris a accueilli de nombreuses expositions universelles qui toutes laissèrent leurs marques dans la capitale. La tour Eiffel fut construite pour celle de 1889 (centenaire de la Révolution française, le métropolitain, métro parisien fut inauguré à l'occasion de celle de 1900 ainsi que le Grand Palais et le Petit Palais et le pont Alexandre-III, celle de 1937, le palais de Chaillot.

En 1910, une crue de la Seine provoqua l'une des plus graves inondations de Paris. Les Années folles (1920-1930) furent l'apogée de l'influence culturelle de Paris dans le monde. C'est en effet à cette époque que la ville lumière héberge les artistes tel que Picasso, Matisse, Braque ou Fernand Léger.

L'armée allemande occupa Paris pendant la Seconde Guerre mondiale, de 1940 à 1944. À l'approche des troupes alliées arrivant de Normandie, une rébellion éclata le 19 août 1944. Le 25 août, à l'arrivée de la deuxième division blindée du général Leclerc, le commandant de la garnison, le général Dietrich von Choltitz, capitula sans exécuter les ordres de Hitler qui lui enjoignaient de détruire la ville, sur l'intervention de Pierre Taittinger. Seul le central téléphonique militaire de la rue Saint-Armand fut détruit.

En 1956, Paris se lia à Rome dans un jumelage exclusif.

En mai 1968, les étudiants parisiens furent les premiers à déclencher des émeutes dans le quartier latin. Un Comité pour le maintien des occupations (CMDO) fut créé à la Sorbonne à l'initiative de l'Internationale situationniste.

En 1976, l'État accorde pour la première fois une municipalité autonome à la capitale. Jacques Chirac est alors élu maire de Paris. Devenu président de la République, il est remplacé en 1995 par Jean Tiberi auquel succède Bertrand Delanoë en 2001. Bertrand Delanoë se démarque surtout de ses prédécesseurs par sa volonté affichée de réduire la place de l'automobile dans la capitale au profit des transports en commun (avec des voies de bus en site propre) et des taxis.

Paris a organisé les Jeux Olympiques en 1900 et en 1924. Elle a été candidate malheureuse à l'organisation des Jeux d'été de 1992, 2008 et 2012 (Paris 2012)), finalement revenus à Barcelone, Pékin et Londres respectivement.

La Défense, qui ne fait pas partie de Paris mais du département 92 (Hauts-de-Seine), est le premier quartier d'affaires en Europe avec 3 millions de m² de bureaux, 1 500 entreprises dont 14 des 20 premières entreprises nationales et 15 des 50 multinationales. Elle compte 150 000 salariés et 20 000 habitants ainsi que plus de 110 000 m² de commerces dans le centre commercial des Quatre Temps (plus de 200 boutiques, cinémas, restaurants…)

Au sens de la CCIP3, le pôle Paris-La Défense comprend Puteaux, Courbevoie, Nanterre, Colombes, La Garenne-Colombes, Levallois, Neuilly, Suresnes, Rueil-Malmaison, et les arrondissements 1, 2, 8, 9, 16 et 17 de Paris.

En décembre 2005, l'organisme qui gère actuellement la Défense (l'EPAD) annonça le projet de relance de la Défense pour 2015, avec notamment « un geste architectural fort » : une tour de 400 mètres de haut faisant l’objet d’un grand concours international. Le projet comprend aussi de nouveaux gratte-ciels compris entre 200 et 350 mètres, soit au total 850 000 m² de bureaux dont 500 000 neufs et 350 000 m² de bureaux reconstruits.

Le projet prévoit aussi la création d'une salle de spectacle de plus de 5 000 places, et de nouveaux transports en commun avec le prolongement de Éole jusqu’à La Défense que l’EPAD pourrait financer en grande partie.

Topographie

Au cœur du bassin parisien, vaste plaine sédimentaire, Paris est implantée sur la Seine, où se situent deux îles qui constituent le cœur historique de la ville :

  • l'île de la Cité, où se trouvent aujourd'hui la Conciergerie (palais de justice), la préfecture de Paris, l'Hôtel-Dieu (assistance publique) et la cathédrale Notre-Dame de Paris ;
  • l'île Saint-Louis, à l'est de la première.

De là, la ville s'étend sur les deux rives du fleuve : Paris intra muros, délimité en 1860 par les fortifications, est aujourd'hui séparé de la banlieue par le boulevard périphérique, une voie rapide urbaine circulaire d'une longueur de 35 km. Les accès routiers à la ville se font par les portes de Paris ou indirectement par les autoroutes et routes nationales qui rejoignent le boulevard périphérique.

À l'extérieur de cette limite, Paris s'étend également sur des extensions accueillant l'héliport (15e arrondissement) et surtout deux grands espaces boisés, aménagés par Haussmann sur des communes voisines avant d'être rattachés à Paris (dans leur totalité depuis 1929) :

  • à l'ouest : le bois de Boulogne (846 hectares, 16e), bordé au sud par Boulogne-Billancourt, au nord par Neuilly-sur-Seine et à l'ouest par la Seine, qui le sépare de Puteaux, Suresnes et Saint-Cloud.
  • à l'est : le bois de Vincennes (995 hectares, 12e), bordé au sud par Charenton-le-Pont et Saint-Maurice, à l'est par Joinville-le-Pont et Nogent-sur-Marne, au nord par Fontenay-sous-Bois, Vincennes et Saint-Mandé.

Les principaux autres parcs et espaces verts de la ville sont :

Prévus par Haussmann (1860) Créés dans la deuxième moitié du XXe siècle

  • le jardin des Tuileries
  • le jardin du Luxembourg
  • le parc des Buttes-Chaumont
  • le parc Monceau
  • le parc Montsouris
  • le parc de Belleville
  • le parc de la Villette
  • le parc Georges Brassens
  • le parc André Citroën
  • le parc de Bercy

La ville est traversée par la Seine qui forme un arc de cercle, entrant dans la ville par le sud-est, remontant vers le centre, puis redescendant pour sortir au sud-ouest. De ce fait, la rive droite (partie de la ville située au nord du fleuve), est environ deux fois plus étendue que la rive gauche (partie située au sud).

Plus de trente ponts permettent de franchir la Seine dans Paris (Liste des ponts de Paris). De part et d'autre du fleuve, plusieurs reliefs forment de petites collines :

  • Montmartre, 130 m (rive droite) : point culminant de Paris dans le cimetière de Montmartre
  • Belleville, 128 m (rive droite) : point culminant de l'espace public dans la rue du Télégraphe
  • Ménilmontant, 108 m (rive droite)
  • Buttes-Chaumont, 80 m (rive droite)
  • Passy, 71 m (rive droite)
  • Chaillot, 67 m (rive droite)
  • Montparnasse, 66 m (rive gauche)
  • Butte aux Cailles, 62 m (rive gauche)
  • Montagne Sainte-Geneviève, 61 m (rive gauche)

Les aures cours d'eau qui traversent la ville sont :

  • la Bièvre, qui arrive du sud de Paris, aujourd'hui entièrement souterraine.
  • le canal Saint-Martin (en partie souterrain), qui part de la Seine à l'Arsenal, près de la Bastille, pour remonter vers le nord-est, jusqu'au bassin de la Villette, puis vers le canal de l'Ourcq.

Le point zéro des routes de France, point de repère situé devant Notre-Dame de Paris et matérialisé sur une dalle, a les coordonnées géographiques 48,85341°N, 2,34880°E (sur l'ellipsoïde WGS84), soit (0452230,5411365) dans le système de repérage UTM fuseau 31.

Climat

Paris a un climat de type océanique dégradé : l'influence océanique est prépondérante se traduisant par des étés relativement frais (18°C en moyenne), des hivers doux (6°C en moyenne) avec des pluies fréquentes en toute saison et un temps changeant, mais avec des pluies plus faibles (641 mm) que sur les côtes et quelques pointes de température au cœur de l'hiver ou de l'été. L'ensoleillement est d'environ 1 800 heures par an (1 595 heures dans les monts d'Arrée, 2 917 heures à Toulon). Le nombre de jours de brouillard est faible : en moyenne il y en a 11 jours par an. Le vent est généralement modéré (50 jours avec des rafales supérieures à 50 km/h). Il est souvent de secteur Ouest/Sud Ouest. Les 641 mm pluies sont réparties de manière très égale sur toute l'année puisque les valeurs extrêmes sont en février de 45,4 mm et en mai de 62 mm. Paris connait en moyenne 112 jours de pluie. Les chutes de neige sont rares (16 jours par an en moyenne); la neige tient rarement plus d'une journée dans Paris intra-muros. Conséquence de l'urbanisation importante de l'agglomération, la température dans Paris peut-être de 4°C plus élevée que dans les banlieues les plus lointaines durant la nuit et au lever du soleil.

Mois Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec Année
Temp maximales moyennes °C 6,3 7,9 11 14,5 18,4 21,6 23,9 23,6 20,8 16,0 10,1 7 15,1
Températures minimales moyennes °C 2 2,6 4,5 6,7 10,1 13,2 15,2 14,8 12,6 9,4 5,2 2,9 8,3

Source: Relevés Paris-Montsouris 1961-1990

Enseignement

Universités

On retient symboliquement 1200 comme date de fondation de l'Université de Paris, lorsque le roi de France Philippe Auguste accorde un statut particulier à la corporation (maîtres et élèves), en l'affranchissant de la justice et de la police publiques, ses membres relevant de la justice ecclésiastique. L'Université vit essentiellement à cette époque sur la Rive Gauche de la Seine, autour de la Montagne Sainte-Geneviève, grâce à l'installation de collèges (résidences de maîtres et d'élèves où se déroule également l'essentiel de l'enseignement), organisés en faculté. Paris devient rapidement à l'époque l'un des premiers centres intellectuels d'Europe. Le quartier des érudits, encore surnommé quartier Latin, reste le siège de plusieurs universités et écoles, dont la prestigieuse Sorbonne, dont l'origine remonte à 1257.

L'Université de Paris est constituée au XIXe siècle siècle de 6 facultés : droit, médecine, pharmacie, littérature, théologie et science. Au XXe siècle siècle le nombre d'étudiants croît fortement : après la révolte des étudiants de Mai 1968, dont la Sorbonne est l'épicentre, l'Université de Paris est réorganisée en treize établissements autonomes (Paris-I à Paris-XIII), établis à Paris et dans la proche banlieue, chacun spécialisé dans un domaine relativement délimité : Paris-II pour le droit, Paris-V pour la médecine, Paris-VI et Paris-VII pour les sciences, etc. En 1991 trois autres facultés sont créées à Cergy-Pontoise - Évry, à Marne-la-Vallée et à Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines. Ces réorganisations se traduisent aussi par un redéploiement dans les arrondissements périphériques ou en banlieue de facultés autrefois concentrées dans le centre de Paris.

Grandes écoles

L'enseignement supérieur est dispensé également par des écoles qui ne sont pas gérées par les Universités auxquelles on accède, pour les plus recherchées, par un concours après une ou deux années de préparation. Paris rassemble la plupart des grandes écoles qui dispensent les formations les plus recherchées, malgré une volonté de décentralisation (l'acte le plus symbolique dans ce domaine étant le déménagement de l'ENA à Strasbourg) et la montée en puissance de certaines écoles de commerce situées en Province.

Les Grandes Écoles de l'agglomération parisienne les plus connues sont :

  • dans le domaine de l'enseignement et de la recherche les École normale supérieure (Ulm et Cachan)
  • les écoles d'ingénieur : École polytechnique, École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA), École Nationale Supérieure des Télécommunications, École des Ponts et Chaussées, École Centrale de Paris, Supélec, École Supérieure des Mines de Paris, École nationale des arts et métiers, École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris, Supméca, École nationale supérieure de chimie de Paris, École des ingénieurs de la ville de Paris, l'Institut National Agronomique Paris-Grignon…
  • les écoles de commerce ou de l'administration : ESSEC, HEC, ESCP, INSEAD, Sciences Po
  • écoles de recherche en sciences sociales : EHESS
  • Des écoles spécialisées : l'École nationale vétérinaire de Maisons-Alfort et l'École Boulle (artisanat du meuble)

Enseignement secondaire

Dans l'enseignement secondaire les lycées Louis-le-Grand, Henri-IV et le lycée international de Saint-Germain-en-Laye ont une envergure nationale voire internationale.

Персональные инструменты
Инструменты
Акция час кода 2018

организаторы проекта