Evdokya Antonova

Материал из Letopisi.Ru — «Время вернуться домой»
Перейти к: навигация, поиск
Bronze soldat.jpg

La Grande Guerre Nationale… Combien de fois on en a parlé, écrit et chanté...Elle est la cause de tant de larmes qu’on a versés. Cette partie de l'histoire ne s'effacera jamais de notre mémoire, parce qu'elle s'est enracinée dans les coeurs de ceux qui se trouvaient dans cet enfer et de ceux dont les parents ont péri au front ; elle s’est absorbée au sang des descendants de grands héros de la guerre et de l'arrière-front. Il est difficile pour tous les russes de s’en souvenir et en parler, cette guere a apporté trop de chagrin pour notre nation. Mais malgré cela, il faut en parler, c’est que ce n’est pas seulement notre douleur mais aussi c’est notre erreur. Probablement, si on discute la Grande Guerre nationale, on comprendra l’importance de « la sérénité, la paix, l'amitié et l'amour » et enfin on apprendra à garder toutes ces grandes valeurs. En outre nous sommes obligés de nous rappeler et respecter ceux qui luttait pour la vie et la liberté des russes, c’est nottament grâce à eux que nous avons ce pays chez nous. La contribution de tout ancien combattant et travailleur de l'arrière-front est en effet inappréciable.

Je voudrais parler de mon arrière-grand-mère, qui se trouvait dans l'arrière-front pendant la Grande Guerre nationale et a passé par toutes de rudes épreuves de la vie. Elle s’appelle Antonova Evdokya , elle est née le 25 avril 1922. Malheureusement, il y a deux ans qu’elle n’est pas vivante, mais pendant toute sa vie elle me parlait beaucoup de faits de "sa vie militaire", elle a réussi à raconter beaucoup d’histoires et faire part de ses sentiments.

Quand la guerre a été éclatée mon arrière-grand-mère avait "seulement" 19 ans. Sa jeunesse qu’on considère toujours comme un des périodes les plus romantiques et radieux dans la vie de chaque personne, était touchée par le chagrin. Evdokya avec sa famille - les parents et trois soeurs – habitait non loin de Smolensk, dans le village Budnitsa. Ce pays était occupé très tôt par les soldats allemands et pendant toute la guerre il appartenait tantôt aux russes tantôt aux Allemands. La position des habitants de Budnitsa et des villages voisins était très instable. L'arrière-grand-mère disait que c’était cette incertitude qui l’effrayait le plus. Mais malgré ce qui ait possédé leur village, une chose restait invariable, c’était le "pillage" constant. C’étaient les russes et les Allemands, les soldats et les partisans qui volaient. Selon l'arrière-grand-mère, les militaires faisaient souvent une perquisition dans leur maison. En cherchant du profit ils ouvraient tous les coffres, prenaient les denrées ainsi que les vêtements. Une fois les partisans ont volé leur vache, et il était très difficile de se passer d’elle pour la famille de mon arrière-grand-mère, parce qu’ils n’avaient plus ni du lait, ni de l’huile. Les gens dont mes parents, étaient obligés d’enterrer les comestibles pour les mauvais jours pour que les partisans ou les Allemands n’aient pas pris les dernières miettes. Quand le village de Budnitsa était occupée par les russes, on envoyait presque toutes les jeunes filles pour creuser les tranchées assez loin du village. Parmi ces jeunes filles il y avait mon arrière-grand-mère Evdokya et ses trois soeurs. Naturellement, elles avaient peu de comestibles avec elles, c'est pourquoi elles souffraient beaucoup de la faim. Mon arrière-grand-mère me racontait qu’à cause de cela, ses deux soeurs ont commencé а perdre la vue, et d'autres jeunes filles tombaient malade gravement.

Les habitants de la région de Smolensk auraient beau souffrir des actions des russes, mais c’était beaucoup moins dangereux pour la vie que vivre sur le territoire occupé par les Allemands. L'arrière-grand-mère se rappelait toujours ce temps sinistre, comme le rêve terrible, dans laquel on ne voudrait jamais revenir. L'histoire suivante montre d’une façon très précise la vie du peuple sur les territoires occupés.

Comme on sait, les Allemands étaient cruels à leurs ennemis, surtout dans la première moitié de la guerre, et ils ne voyaient pas toujours la différence entre les habitants de la campagne et les soldats russes et détruisaient les villages, l’un après l’autre, parfois ils n’épargnaient même pas les enfants. La même chose attendait le village de Budnitsa. Les Allemands ont rassemblé toute la jeunesse du village parmi laquelle il y avait Evdokya, dans une grande maison, ils les ont enfermés et ont condamné les portes. Ils allaient arroser la maison de la benzine et brûler vif plus de trois dizaines des jeunes gens. Selon mon arrière-grand-mère, elle a perdu déjа l’espoir à la vie et priait seulement le dieu pour le sauvetage de l'âme dans l’autre monde. Mais tout à coup les détachements des soldats russes très nombreux ont commencé à attaquer le territoire occupé. N'ayant pas mené l'affaire terrible à son terme, les Allemands ont laissé cette maison et ont commencé à non seulement se retirer très vite, mais même se sauver. Les vies des dizaines personnes ne tenaient qu’à un cheveu et étaient sauvés grâce au hasard.

Il y a beaucoup de telles histoires qui torturaient les âmes et les corps des russes. Les Allemands qui ont conquis le territoire étaient vraiment cruels, inhumains, impitoyables. Une fois un détachement des partisants russes a tenté de libérer le territoire des occupants et les attaquer pendant la nuit. Ils ont réussi à tuer la sentinelle allemande. On a alarmé, et les partisants ont du se cacher. Le lendemain les Allemands ont attrapé près de 10 habitants de Boudnitsa, les ont conduits à l’autre côté du village et les ont fusillés. Mon arrière-grand-mère disait souvent que c’est ainsi qu’ils estimaient la vie de la personne russe : 10 russes pour un Allemand …

Il est évident que la vie des gens pendant la guerre était extrêmement dure. Pas seulement la vie de ceux qui participait aux batailles, mais aussi de ceux qui vivait et travaillait dans l'arrière-front. Ceux qui s’y trouvaient, à cet enfer, ils comprennent que la guerre est une chose "terrible, impitoyable, destructrice. C’est ce qui ne doit se répéter jamais".

La version russe: Антонова Евдокия Ивановна La version anglaise: Antonova Evdokiya


Персональные инструменты
Инструменты
Акция час кода 2018

организаторы проекта